Sculpture
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 critique d’art ou pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vizir2larecup
Apprenti
avatar

Masculin Nombre de messages : 31
Age : 33
Date d'inscription : 08/04/2010

MessageSujet: critique d’art ou pas    Dim 15 Aoû 2010 - 0:02

Que diriez vous d’un critique d’art sur le forum ????????
Revenir en haut Aller en bas
JJ
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 8955
Age : 52
Localisation : Sud Ouest
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Dim 15 Aoû 2010 - 9:37

ce n'est pas les critiques qui manquent sourire

Revenir en haut Aller en bas
ercé
en devenir
avatar

Masculin Nombre de messages : 3684
Age : 63
Localisation : nomade
Date d'inscription : 12/12/2008

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Dim 15 Aoû 2010 - 10:28

le forum est ouvert à tous
n' en avons nous pas un belle échantillonage?
après chacun se nomme comme il veut l'essentiel est de de pas faire chi suer tout le monde. ????????
Revenir en haut Aller en bas
http://icones42.fr
JJ
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 8955
Age : 52
Localisation : Sud Ouest
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Dim 15 Aoû 2010 - 15:08

effectivement ça peut être enrichissant pour le forum et ses membres, en même temps a t on réellement besoin d'un "officiel" qui apportera son jugement.....mais le mieux est encore de poursuivre sur l'ouverture...
Revenir en haut Aller en bas
Bernard Lougarre
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 5100
Age : 65
Localisation : FRESNES - 94260 - FRANCE
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Dim 15 Aoû 2010 - 20:08

La critique est interessante si elle est constructive et qu'elle ne porte que sur le travail du sculpteur (amateur ou pro) et pas sur sa personne.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sculpturesbernardlougarre.sitew.fr
americo
ouvrier
avatar

Masculin Nombre de messages : 146
Age : 51
Localisation : france
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Dim 15 Aoû 2010 - 20:56

Bernard Lougarre a écrit:
La critique est interessante si elle est constructive et qu'elle ne porte que sur le travail du sculpteur (amateur ou pro) et pas sur sa personne.

Salut,

oui mais les personnes sont tellement attachés à leurs travaux
qu'une critique atteindrait forcément leurs sensibilités...

Et pourquoi pas l'avis d'un professeur d'histoire de l'art...
Revenir en haut Aller en bas
http://americodasilva.over-blog.com/article-taille-de-pierre-778
madame Dutour
Super Très Grand Maître
avatar

Féminin Nombre de messages : 5124
Age : 56
Localisation : Charente
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Dim 15 Aoû 2010 - 22:57

Bonsoir
question critiques, positives ou négatives, j'aime bien, en général, celles de ceux qui ont l'habitude de transformer la matière avec leur(s) petite(s) main(s) (ou tronçonneuse, ou pince ou mirette ou...ou). Je crois qu'il faut s'être perdu dans une ville pour savoir bien la connaître.
Ce forum est ouvert à tous. Nul besoin de décliner patte blanche et ses diplômes pour prendre part aux discussions alors le sens de cette question m'échappe un peu.
Vizir, est-ce que tu peux préciser pourquoi tu la poses ??
Revenir en haut Aller en bas
http://www.beudinlesaint.odexpo.com
Vivant Christophe
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 2600
Age : 53
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Lun 16 Aoû 2010 - 10:12

Madame Dutour nous dit:
Citation :
Nul besoin de décliner patte blanche et ses diplômes pour prendre part aux discussions
bien...c'est bon pour moi alors

Cela dit, pourquoi pas? si ce critique d'art est vraiment impartial... mais le sont-ils en général? Je pense, avec un critique d'art, finir enfermé dans le cachot des récalcitrants hi hi je ne suis pas assez intéressant, maintenant, est ce bien important?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.christophe-vivant.net
Bernard Lougarre
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 5100
Age : 65
Localisation : FRESNES - 94260 - FRANCE
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Lun 16 Aoû 2010 - 20:36

Mais si Christophe tu est interessant ! sourire
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sculpturesbernardlougarre.sitew.fr
loudolle
Louis Dollé,sculpteur Ymagier
avatar

Masculin Nombre de messages : 7147
Localisation : nice
Date d'inscription : 28/08/2005

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Lun 16 Aoû 2010 - 20:51

MAIS???
pour cela il faudrait que le forum concerne l'art, et que l'art.
Il concerne la sculpture, amateure, pro, artisane ou artistique...

____________________________ .
"fay ce que vouldras"
Revenir en haut Aller en bas
http://loudolle.free.fr
Bernard Lougarre
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 5100
Age : 65
Localisation : FRESNES - 94260 - FRANCE
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Lun 16 Aoû 2010 - 21:34

Hé Ben, Hé Ben...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sculpturesbernardlougarre.sitew.fr
WT
Apprenti
avatar

Masculin Nombre de messages : 19
Age : 52
Date d'inscription : 02/10/2010

MessageSujet: critiquer l'art .............   Sam 6 Nov 2010 - 1:15

en parcourant le forum j'ai trouvé un sujet sur l'idée d'un critique d'art

actuellement a la tele on voit surtout le samedi soir sur france 2 , 2 personnes (les 2 eric) qui critiquent les livres , les albums ,les films ......

personnellement quand une chose ne me plait pas , j'ai tendance a dire que je n'aime pas tout simplement , je ne peux pas dire , c'est pas beau ou c'est mal ecrit ou bien encore

QUI peut se permettre de critiquer une quelconque oeuvre dans quelque domaine que ce soit ???

meme si on est ecrivain , je ne pense pas qu'on puisse critiquer un autre ecrivain sous pretexte qu'on est du metier !

l'artiste fait une oeuvre , il a mis tout ce qu'il voulait ou pouvait dedans , a t on le droit de le descendre ???

et pour moi il n'y a meme pas de place a la critique constructive puisque c'est l'essence meme d'un artiste ou d'un createur de mener son idée au bout de la facon qu'il a voulu avec son propre style ...

non?
Revenir en haut Aller en bas
Isa
La taupe modèle
avatar

Féminin Nombre de messages : 6056
Age : 47
Localisation : Rhône
Date d'inscription : 26/01/2007

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Jeu 13 Oct 2011 - 22:03


Paris, le 17 février 1903.

Cher Monsieur,

Votre lettre vient à peine de me parvenir. Je tiens à vous en remercier pour sa précieuse et large confiance. Je ne eux guère plus. Je n'entrerai pas dans la manière de vos vers, toute préoccupation critique m'étant étrangère. D'ailleurs, pour saisir une œuvre d'art, rien n'est pire que les mots de la critique. Ils n'aboutissent qu'à des malentendus plus ou moins heureux. Les choses ne sont pas toutes à prendre ou à dire, comme on voudrait nous le faire croire. Presque tout ce qui arrive est inexprimable et s'accomplit dans une région que jamais parole n'a foulée. Et plus inexprimables que tout sont les œuvres d'art, ces êtres secrets dont la vie ne finit pas et que côtoie la nôtre qui passe.

Ceci dit, je ne puis qu'ajouter que vos vers ne témoignent pas d'une manière à vous. Ils n'en contiennent pas moins des germes de personnalité, mais timides et encore recouverts. Je l'ai senti surtout dans votre dernier poème : « Mon âme ». Là quelque chose de propre veut trouver issue et forme. Et tout au long du beau poème « A Léopardi » monte une sorte de parenté avec ce prince, ce solitaire. Néanmoins, vos poèmes n'ont pas d'existence propre, d'indépendance, pas même le dernier, pas même celui à Léopardi. Votre bonne lettre qui les accompagnait n'a pas manqué de m'expliquer mainte insuffisance, que j'avais sentie en vous lisant, sans toutefois qu'il me fût possible de lui donner un nom.

Vous demandez si vos vers sont bons. Vous me le demandez à moi. Vous l'avez déjà demandé à d'autres. Vous les envoyez aux revues. Vous les comparez à d'autres poèmes et vous vous alarmez quand certaines rédactions écartent vos essais poétiques. Désormais (puisque vous m'avez permis de vous conseiller), je vous prie de renoncer à tout cela. Votre regard est tourné vers le dehors ; c'est cela surtout que maintenant vous ne devez plus faire. Personne ne peut vous apporter conseil ou aide, personne. Il n'est qu'un seul chemin. Entrez en vous-même, cherchez le besoin qui vous fait écrire : examinez s'il pousse ses racines au plus profond de votre cœur. Confessez-vous à vous-même : mourriez-vous s'il vous était défendu d'écrire ? Ceci surtout : demandez-vous à l'heure la plus silencieuse de votre nuit : « Suis-je vraiment contraint d'écrire ? » Creusez en vous-même vers la plus profonde réponse. Si cette réponse est affirmative, si vous pouvez faire front à une aussi grave question par un fort et simple : « Je dois », alors construisez votre vie selon cette nécessité. Votre vie, jusque dans on heure la ^plus indifférente, la plus vide, doit devenir signe et témoin d'une telle poussée. Alors, approchez de la nature. Essayez de dire, comme si vous étiez le premier homme, ce que vous voyez, ce que vous vivez, aimez, perdez. N'écrivez pas de poèmes d'amour. Evitez d'abord ces thèmes trop courants : ce sont les plus difficiles. Là où des traditions sûres, parfois brillantes, se présentent en nombre, le poète ne peut livrer du propre qu'en pleine maturité de sa force. Fuyez les grands sujets pour ceux que votre quotidien vous offre. Dites vos tristesses et vos désirs, les pensées qui vous viennent, votre foi en une beauté. Dites tout cela avec une sincérité intime, tranquille et humble. Utilisez pour vous exprimer les choses qui vous entourent, les images de vos songes, les objets de vos souvenirs. Si votre quotidien vous paraît pauvre, ne l'accusez pas. Accusez-vous vous-même de ne pas être assez poète pour appeler à vous ses richesses. Pour le créateur rien n'est pauvre, il n'est pas de lieux pauvres, indifférents. Même si vous étiez dans une prison, dont les murs étoufferaient tous les bruits du monde, ne vous resterait-il pas toujours votre enfance, cette précieuse, cette royale richesse, ce trésor de souvenirs ? Tournez là votre esprit. Tentez de remettre à flot de ce vaste passé les impressions coulées. Votre personnalité se fortifiera, votre solitude se peuplera et vous deviendra comme une demeure aux heures incertaines du jour, fermée aux bruits du dehors. Et si de ce retour en vous-même, de cette plongée dans votre propre monde, des vers vous viennent, alors vous ne songerez pas à demander si ces vers sont bons. Vous n'essaierez pas d'intéresser des revues à ces travaux, car vous en jouirez comme d'une possession naturelle, qui vous sera chère, comme d'un de vos modes de vie et d'expression. Une œuvre d'art est bonne quand elle est née d'une nécessité. C'est la nature de son origine qui la juge. Aussi , cher monsieur, n'ai-je pu vous donner d'autre conseil que celui-ci : entrez en vous-même, sondez les profondeurs où votre vie prend sa source. C'est là que vous trouverez la réponse à la question : devez-vous crée ? De cette réponse recueillez le son sans en forcer le sens. Il en sortira peut-être que l'Art vous appelle. Alors prenez ce destin, portez-le, avec son poids et sa grandeur, sans jamais exiger une récompense qui pourrait venir du dehors. Car le créateur doit être tout un univers pour lui-même, tout trouver en lui-même et dans cette part de la Nature à laquelle il s'est joint.

Il se pourrait qu'après cette descente en vous-même, dans le « solitaire » de vous-même, vous dussiez renoncer à devenir poète. (Il suffit, selon moi, de sentir que l'on pourrait vivre sans écrire pour qu'il soit interdit d'écrire.) Alors même, cette plongée que je vous demande n'aura pas été vaine. Votre vie lui devra en tout cas des chemins à elle. Que ces chemins vous soient bons, heureux et larges, je vous le souhaite plus que je ne saurais le dire.

Que pourrais-je ajouter ? L'accent me semble mis sur tout ce qui importe. Au fond, je n'ai tenu qu'à vous conseiller de croître selon votre loi, gravement, sereinement. Vous ne pourriez plus violemment troubler votre évolution qu'en dirigeant votre regard au dehors, qu'en attendant du dehors des réponses que seul votre sentiment le plus intime, à l'heure la plus silencieuse, saura peut-être vous donner.

J'ai eu plaisir à trouver dans votre lettre le nom du professeur Horacek. J'ai voué à cet aimable savant un grand respect et une reconnaissance qui durent déjà depuis des années. Voulez-vous le lui dire ? Il est bien bon de penser encore à moi et je lui en sais gré.

Je vous rends les vers que vous m'aviez aimablement confiés, et vous dis encore merci pour la cordialité et l'ampleur de votre confiance. J'ai cherché dans cette réponse sincère, écrite du mieux que j'ai su, à en être un peu plus digne que ne l'est réellement cet homme que vous ne connaissiez pas.

Dévouement et sympathie.



Rainer Maria Rilke



[b]Lettres à un jeune poète de Maria Rainer Rilke, traduction de l'allemand (Autriche) par Bernard Grasset et Rainer Biemel. Éditions Grasset.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.isaa-sculpture.com/
le granfred
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 5529
Age : 55
Localisation : SAVOIE
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Jeu 13 Oct 2011 - 22:37

quand on va chez ONPC, on sait comment ça se passe, et les deux Eric n'envoient pas forcément des fleurs? Bref c'est le jeu quand on s'expose. et faut pas se plaindre d'en prendre plein la tronche, éventuellement.
Keim, Lefevre,Hondelate et tant d'autres, à tort ou à raison.
Maintenant, ce sont deux nanas qui balancent, leurs avis.
Et les avis, c'est comme les trou du..., tout le monde en a un.
Revenir en haut Aller en bas
http://frederic.clercrenaud.free.fr/wordpress
Tit'Anne
Super Très Grand Maître
avatar

Féminin Nombre de messages : 974
Age : 47
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 22/06/2011

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Jeu 13 Oct 2011 - 23:22

Un beau texte Isa, j'imagine que c'est un extrait des Lettres à un jeune poète ?

La question de la critique revient souvent sur les forums littéraires aussi ! Combien de polémiques naissent des résultats d'un concours de nouvelles par exemple. Les recalés disent parfois que le jury s'est planté, et plouf, nous voici retombés dans le jugement de valeur.
C'est là toute la difficulté, être critique sans être juge... pas facile, non ?

Quant à la création, ma foi, j'aime assez ce que dit Rilke "Il n'est qu'un seul chemin. Entrez en vous-même..." mais à partir du moment où il est en est sorti quelque chose, à moins de laisser l'oeuvre enfermée dans un coffre fort, elle ne nous appartient plus, et c'est là que ça se gâte.

L'essentiel et le moteur, pour moi, c'est le plaisir. Je présume que c'est la même chose pour vous quand vous faites naître de vos mains un projet qui vous tenait à coeur ?

Merci Isa, j'ai eu plaisir à lire ce texte.
Revenir en haut Aller en bas
http://parisiannemusarde.overblog.com/
BARNABE
Confirmé
avatar

Masculin Nombre de messages : 208
Age : 44
Localisation : TOULOUSE
Date d'inscription : 13/09/2011

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 0:04

Pourquoi le fait-on ?
Il me semble que cette question là doit garder une part secrète, même à soi même, si l'on veut que le creuset donne encore. Il est beau ce texte, Isa.
Mais, lorsque la chose est faite ? Lorsqu'elle est en dehors de nous ? Dès lors qu'elle est visible, elle entre déjà dans la pensée de l'autre. La chose devient le porte manteau de tous les esprits qui lui attachent un regard.

Si on écrit, c'est pour lire et être lu. Et pour la sculpture ?

Après tout, la critique d'art n'a pas à mettre les pieds dans nos pratiques, dans ce feu sacré qui nous unit tous, notamment sur ce forum. Mais quand la pièce termine son entrée dans le monde, après tout, on peut bien nourrir sa seconde vie.

Alors une critique d'art, why not, rien à craindre puisqu'on est là pour dire et entendre dire !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.portraitdevous.com
Farang
Amateur d'art


Masculin Nombre de messages : 2005
Age : 104
Localisation : bureau
Date d'inscription : 17/11/2007

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 2:17

Bonsoir,
je viens donner quelques idées sur la nécessité des critiques.
La sculpture exprime la même chose qu'un simple échange entre des personnes :il y a celui qui vinifie pour faire boire,celui qui parle pour être écouté,celui qui cuisine pour être gouté,celui qui filme pour étre regardé..........on peut avoir du goût ou du palais sans pratiquer .
Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'avoir de l'expérience dans la partie pour pouvoir critiquer;ce serait réduire la liberté d'expression de celui qui est passif;ce serait réduire une discussion à un monologue.
Ce qui est important c'est une certaine sensibilité,une certaine culture afin de discerner l'émotion de la technicité de ce que l'on regarde,de dépasser l'affectivité d' une personne de son oeuvre.
Oui la critique est nécessaire ,si ce n'est ,simplement,que ce que l'on a désiré exprimer a été compris
Oui la critique même destructive est plus plus importante que l'indifférence, car l'oeuvre a touché quelque chose même si c'est malsain.
Oui la critique est importante dés l'instant qu'on puisse dire le pourquoi qu'on aime ou qu'on aime pas.Ne pas donner obligatoirement un avis ,quand il est imploré,alors qu'on a rien à dire.La complaisance ne fait que retarder ou stopper l'évolution.

Soyons humbles et même si on pense personnellement que c'est parfait,il faut être réaliste: c'est toujours perfectible.
Il faut essayer de se dire que, ce que l'on vient de pondre aprés de durs efforts, va être soumis à un étranger qui va émettre un avis qui va heurter le manque de recul que l'on a .
Que les critiques des étrangers sont les meilleures par rapport à notre entourage immédiat conditionnés par l'affectif.
Et ce n'est pas parceque l'on va expliquer avec 30 pages d'écriture ce que l'on a voulu exprimer que cela va arranger les choses.(souvent dés la 2émé ligne on s'extasie pour arréter l'ennui qui nous gagne !)
Oui je suis normaliste et extrémiste en disant qu'une oeuvre n'a pas besoin d'explications,ni d'emballage prestigieux pour "parler".
Bien sûr que je discourre sur une production qui est destinée à une visibilité mercantile et ne concerne en aucun cas une production confidentielle où la susceptibilité a droit de cité
Oui même qu'on soit une immonde crapule dénaturée ,on a le droit sacré d'expression,qui est l'apanage de toute civilisation évoluée
Revenir en haut Aller en bas
Ghislaine Pommier GG
Super Très Grand Maître
avatar

Féminin Nombre de messages : 7557
Age : 56
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 7:58

Il y a des écrits qui sont comme les sculptures compréhensives au premier regard
merci
Revenir en haut Aller en bas
http://mesterresraku.fr/
seo
courant alternatif
avatar

Masculin Nombre de messages : 2313
Age : 104
Localisation : *
Date d'inscription : 21/12/2008

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 8:16

Tit'Anne a écrit:

La question de la critique revient souvent sur les forums littéraires aussi ! Combien de polémiques naissent des résultats d'un concours de nouvelles par exemple. Les recalés disent parfois que le jury s'est planté, et plouf, nous voici retombés dans le jugement de valeur.

Parfois il est bon d'être remis à sa place, car nous ne sommes pas un bon critique envers nous même. Nous sommes incapables de nous juger avec une totale impartialité.
Mais pas par n'importe quelle critique.
A une époque où j'avais le temps de lire (dans le métro), je m'étais dit qu'il devait être indispensable de lire au minimum certains incontournables. J'ai donc écouté les critiques professionnels et acquis tout plein de livres, et pour certains je me suis forcé à les lire jusqu'au tiers en me disant que j'aller finir par "accrocher"... peine perdue. (genre de livres vus comme des chefs d'oeuvres qui ne m'ont pas du tout convaincu : la conjuration des imbéciles, les livres de Garcia Maarquez, cervantes, ...).
Par contre les meilleurs livres que j'ai appréciés sont ceux qui ont le prix des lectrices de elle.... idiot


Dernière édition par seo le Ven 14 Oct 2011 - 8:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
seo
courant alternatif
avatar

Masculin Nombre de messages : 2313
Age : 104
Localisation : *
Date d'inscription : 21/12/2008

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 8:31

Tout est dit par Varmic.
Et lorsque tu dis : "il y a celui qui vinifie pour faire boire,celui qui parle pour être écouté,celui qui cuisine pour être gouté,celui qui filme pour étre regardé", j'ai cru au début que tu faisais une transposition avec le critique :
Le critique, il y en a des bons et des moins. Il faut apprendre à les connaître pour savoir à qui il faut pouvoir se fier.
Le critique a pris une place de plus en plus importante dans l'histoire de l'art, d'où l'appartion aussi des mècènes et César entre autre l'avait bien compris et en a profité.
le critique : "il y a celui qui vinifie pour faire boire" (ça c'est le bon critique)
"celui qui parle pour être écouté" (ça c'est le mauvais ciritique qui donne plus d'importance à ce qu'il dit qu'à ce qu'il voit. C'est le critique qui pense qu'avec ses phrases surréalistes, il arrivera à remplacer la sensation que peut faire naître l'oeuvre)
"celui qui cuisine pour être gouté" : ça c'est le critique curieux capable de découvrir un vrai talent.

"La complaisance ne fait que retarder ou stopper l'évolution" :
la complaisance du critique ou la complaisance qu'on a pour soi-même.
Pourquoi vouloir aller plus loin si la critique vous dit que vous avez réussi ?

D'autre part, il faut se demander si lorsqu'on veut créer (pas dans le sens copier ce qui a été déjà fait 1000 fois) il est bon d'être son propre critique ? n'est ce pas se mettre des batons dans les roues.
Revenir en haut Aller en bas
Tit'Anne
Super Très Grand Maître
avatar

Féminin Nombre de messages : 974
Age : 47
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 22/06/2011

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 9:09

seo a écrit:
Tit'Anne a écrit:

La question de la critique revient souvent sur les forums littéraires aussi ! Combien de polémiques naissent des résultats d'un concours de nouvelles par exemple. Les recalés disent parfois que le jury s'est planté, et plouf, nous voici retombés dans le jugement de valeur.

Parfois il est bon d'être remis à sa place, car nous ne sommes pas un bon critique envers nous même. Nous sommes incapables de nous juger avec une totale impartialité.
Mais pas par n'importe quelle critique.
A une époque où j'avais le temps de lire (dans le métro), je m'étais dit qu'il devait être indispensable de lire au minimum certains incontournables. J'ai donc écouté les critiques professionnels et acquis tout plein de livres, et pour certains je me suis forcé à les lire jusqu'au tiers en me disant que j'aller finir par "accrocher"... peine perdue. (genre de livres vus comme des chefs d'oeuvres qui ne m'ont pas du tout convaincu : la conjuration des imbéciles, les livres de Garcia Maarquez, cervantes, ...).
Par contre les meilleurs livres que j'ai appréciés sont ceux qui ont le prix des lectrices de elle.... idiot

Je suis totalement d'accord avec toi pour ce qui est d'être remis à sa place mais la 2e partie de ton message est la parfaite synthèse du problème de la critique : tout est question de goût, de culture et de sensibilité. Certaines oeuvres seront géniales pour certains, incompréhensibles pour d'autres.
Alors, oui la critique est nécessaire, mais il est tout aussi indispensable d'avoir à faire à des gens honnêtes et surtout qui s'y connaissent un minimum.
On a trop tendance à associer "critique" avec "négatif" et la sur-médiatisation actuelle n'arrange pas les choses.

Mais d'une manière générale, c'est un regard extérieur sur notre travail qui nous permet d'avancer.
Revenir en haut Aller en bas
http://parisiannemusarde.overblog.com/
seo
courant alternatif
avatar

Masculin Nombre de messages : 2313
Age : 104
Localisation : *
Date d'inscription : 21/12/2008

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 11:09

oui...
mais... après réflexion... les gens honnêtes qui ont un intérêt privé, ça n'existe pas.
(Un intérêt qu'il soit pécunier, de reconnaissance, psycho, de copinage, d'adhésion à un groupe ...)

Les lectrices de Elle n'ont aucun intérêt sauf celui de vouloir faire partager leur goût et le nombre de votant étant tel que la répercution sur un intérêt perso est minime voire nulle. Leur avis ne peut influencer que par le nombre... Mais c'est sûr que la masse n'a pas la qualité d'une élite (les critiques). Il faut trouver un juste compromis entre les deux :
- la masse des lectrices de Elle qui n'a pas d'intérêt perso à retirer mais qui n'a pas le niveau de culture et de jugement d'un critique pro
et
- le critique pro qui a un intérêt perso fort mais une qualité de discernement, d'éducation et de raisonnement bien plus élevée. (dans une situation extrème, l'avis du critique peut être orienté par l'intérêt perso ou du groupe).
Revenir en haut Aller en bas
Tit'Anne
Super Très Grand Maître
avatar

Féminin Nombre de messages : 974
Age : 47
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 22/06/2011

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 11:46

seo a écrit:
oui...
mais... après réflexion... les gens honnêtes qui ont un intérêt privé, ça n'existe pas.
(Un intérêt qu'il soit pécunier, de reconnaissance, psycho, de copinage, d'adhésion à un groupe ...)

Et pourquoi pas ?
Je vais prendre un exemple concret. J'interviens sur un forum littéraire et nous avons des échanges à propos de nos propres textes. Avant d'envoyer un texte à un concours, nous le faisons relire par des personnes de sensibilités différentes qui apporteront des critiques. Pour ma part, je le fais assez souvent et pourtant je n'y ai aucun intérêt, je ne gagne rien d'autre que le plaisir des échanges. Et pourtant, je le fais honnêtement même quand je sais que le texte sera en concurrence avec le mien Twisted Evil

Il s'agit bien là de critiques, sur le fond, la forme, le ryhtme, que sais-je encore mais en aucun cas je ne porte de jugement. Quand un texte ne correspond pas à ma sensibilité, je le dis et j'apporte un éclairage peut-être différent dont l'auteur tiendra compte ou non, c'est sa liberté d'expression qui en décide.

Quand ici l'un d'entre vous présente un pas à pas et que certains réagissent en donnant des conseils, c'est également une forme de critique, privée, gratuite mais tellement utile !
Il ne faut pas faire une banalisation de la critique !
N'y a t-il pas eu dernièrement un acteur de cinéma qui a quitté un plateau télé parce que le journaliste qui allait l'interroger sur son film, et éventuellement en faire la critique, ne l'avait même pas vu...

Pour en revenir à la lettre de Rilke, le plus important finalement, c'est la source d'inspiration qui est en chacun de nous, ce qui motive la création, après "l'oeuvre" grandira (au positif comme au négatif) nécessairement à travers le regard d'autrui.

Bon, c'est un vaste sujet très intéressant mais là je vais finir par être en retard. Je vous souhaite un très bon week-end, je m'échappe jusqu'à lundi !


Revenir en haut Aller en bas
http://parisiannemusarde.overblog.com/
Isa
La taupe modèle
avatar

Féminin Nombre de messages : 6056
Age : 47
Localisation : Rhône
Date d'inscription : 26/01/2007

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 13:43

Coucou Varmic bienvenue

voilà la definition de "la critique d'art" de l'encyclopedie larousse,

Au sens étroit : genre littéraire spécifique dont l'apparition tardive coïncide avec la reprise, au XVIIIe s., de l'organisation régulière d'expositions publiques. Les Salons de Diderot en sont le prototype par excellence. Le critique d'art s'oppose ici à l'historien (il prend parti et cherche souvent à infléchir la production contemporaine) et au théoricien (dont il peut utiliser les principes, mais dans une perspective qui vise toujours l'individualité concrète de l'œuvre). Au sens large : tout commentaire sur une œuvre contemporaine ou du passé. La critique d'art peut alors s'intégrer à d'autres disciplines (esthétique, poétique ou théorie artistique, histoire de l'art) ou à d'autres genres (poésie, fiction romanesque, biographie, essai, correspondance, journal). Ses débuts sont à chercher dans un procédé littéraire cultivé par les Grecs sous le nom d'ekphrasis, dont la description par Homère du bouclier d'Achille est souvent citée comme le premier exemple.
Quelle que soit l'extension que l'on donne à ce terme, toute critique d'art implique un jugement, explicite ou non, sur l'œuvre considérée, le fait d'en parler constituant à lui seul un choix. Et c'est ainsi que l'on a pu qualifier d'" actes critiques " (Longhi) l'achat, le vol, la falsification, la copie, la restauration ou la destruction d'œuvres d'art, tandis que Panofsky voyait dans l'attribution l'essence même d'une compréhension critique, celle du " connaisseur " défini comme " historien de l'art muet ". Qu'elle se veuille franchement normative ou objectivement analytique, la critique se réfère inévitablement à une échelle de valeurs et à une certaine conception de l'œuvre d'art. C'est dire qu'il n'y a pas de critique innocente (une simple description fait déjà appel à la notion d'imitation et suppose une première lecture, donc une interprétation) et que tout commentaire d'un tableau engage obligatoirement un goût, une praxis ou une doctrine artistique, une vision de l'histoire et une esthétique qui, même sous-entendue, ne peut que renvoyer à une ontologie implicite, voire à une idéologie. Toute critique est donc datée, en ce qu'elle prend racine dans un contexte socioculturel donné qui lui suggère à la fois ses normes de référence et ses catégories d'analyse. D'où l'intérêt de l'histoire de la critique comme branche d'une " histoire de l'esprit " aussi bien que comme discipline auxiliaire de l'histoire de l'art. Et si l'étude de commentaires anciens est précieuse pour restituer la situation et l'intention d'œuvres d'art du passé, il en découle que toute bonne critique ne peut être qu'historique, de même que toute histoire de l'art valable se doit d'être critique, les deux activités convergeant à la limite vers une prise de conscience qui vise à assumer la distance entre deux relativités, celle de l'œuvre à son milieu et celle du critique au sien.
La découverte de cette interdépendance ainsi que la réflexivité croissante, depuis le siècle dernier, de l'œuvre d'art, qui tend à assumer elle-même une dimension critique, ont favorisé l'approfondissement récent d'une double interrogation relative au statut (nature, buts, devoirs, limites) et à l'histoire d'un genre que, par ailleurs, la multiplication des manifestations artistiques et la diffusion de la presse et de l'édition avaient contribué à vulgariser. Cristallisé d'abord autour de quelques centres (à Vienne : J. von Schlosser ; en Allemagne : A. Dresdner ; en Italie : L. Venturi et la revue L'Arte ; en Angleterre : D. Mahon, A. Blunt, E. Gombrich ; aux États-Unis : F. P. Chambers, E. Panofsky, R. W. Lee), l'intérêt pour ces problèmes semble aujourd'hui se généraliser.

Voici le lien de l'article qui est plus aprofondi sur l'histoire de la critique d'art.
http://www.larousse.fr/encyclopedie/peinture/critique_dart/151761

Revenir en haut Aller en bas
http://www.isaa-sculpture.com/
le granfred
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 5529
Age : 55
Localisation : SAVOIE
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Ven 14 Oct 2011 - 21:00

des gens sont payés par les firmes pour chanter les louanges de certains produits et en casser d'autres. Normal, de plus en plus de gens achètent sur le web et cherchent des avis de consommateurs pour se rassurer avant de se lâcher à leur tour....
Revenir en haut Aller en bas
http://frederic.clercrenaud.free.fr/wordpress
Tit'Anne
Super Très Grand Maître
avatar

Féminin Nombre de messages : 974
Age : 47
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 22/06/2011

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Lun 17 Oct 2011 - 21:46

Ok avec la définition Isa mais qu'en penses-tu ?
Crois-tu vraiment qu'il n'y ait pas de critique possible sans jugement ?
Et la lettre de Rilke, en tant qu'artiste, tu l'as perçois comment ?
Revenir en haut Aller en bas
http://parisiannemusarde.overblog.com/
Isa
La taupe modèle
avatar

Féminin Nombre de messages : 6056
Age : 47
Localisation : Rhône
Date d'inscription : 26/01/2007

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Mar 18 Oct 2011 - 1:25

bel gueule tite anne


difficile...de répondre.
Rilke a écrit cette lettre pour un jeune poete en proie au doute, quel personne n'est pas a un moment donné voire souvent dans le doute. Je pense que Rilke s'ecrivait également cette lettre à lui même pour se persuader lui même...
Son texte me donne du mordant. L'important c'est ce qu'on ressent au fond de soi même car c'est là que se trouve la verité, et c'est cette vérité là qui est universelle à qui sait l'écouter. Seulement il est plus facile et attirant parfois d'écouter les autres plutôt que soi même, et l'autre à sa vision propre qui bien sûr est déformée lorsqu'elle vous arrivera (comme un rayon de lumière qui rentre dans l'eau puisque vous n'êtes pas lui et n'avez pas connu l'instant T de sa vision)
Le regard de l'autre oui peut nous faire avancer mais avant tout c'est le notre de regard qu'il faut privilègier.
Une critique peut nous aider à y voir plus clair dans ce que l'on a voulu dire et qui n'a pas été vu ou lu, mais là on parle de problème d'utilisation de la technique qui est à perfectionner.
ne pas perdre de vue notre voie intérieur.
Donc oui à la critique constructive et argumenté, mais surtout ne perdons point de vue notre propre être intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.isaa-sculpture.com/
casper
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 5860
Age : 78
Localisation : paris-sudvendée
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Mar 18 Oct 2011 - 1:55

Et c'est ce qu'il y a de plus dur à faire, de se chercher et de se décortiquer.





Je n'en suis pas encore là Sad
Revenir en haut Aller en bas
http://atelierdeclaude.over-blog.com/
Tit'Anne
Super Très Grand Maître
avatar

Féminin Nombre de messages : 974
Age : 47
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 22/06/2011

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Mar 18 Oct 2011 - 7:39

Merci Isa, je te rejoins, la lumière est en chacun de nous mais elle se nourrit aussi de celle des autres et réciproquement.

Casper "Mar 18 Oct 2011 - 1:55

"Et c'est ce qu'il y a de plus dur à faire, de se chercher et de se décortiquer.
Mais c'est très intéressant, non Casper ?

Je n'en suis pas encore là"
Moi non plus, heureusement sourire
Revenir en haut Aller en bas
http://parisiannemusarde.overblog.com/
le granfred
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 5529
Age : 55
Localisation : SAVOIE
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Mar 18 Oct 2011 - 11:55

vizir2larecup a écrit:
Que diriez vous d’un critique d’art sur le forum ????????

un critique d'art, c'est avant tout un escroc
il va transformer la pisse en Château Yquem avec quelques mots bien choisis.
et vice versa

abracadabra...
Revenir en haut Aller en bas
http://frederic.clercrenaud.free.fr/wordpress
manie
Maître
avatar

Féminin Nombre de messages : 396
Age : 69
Localisation : 66
Date d'inscription : 09/10/2010

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Mer 19 Oct 2011 - 10:18

critique d'art, ou pas?
Le but de ce forum, à part le plaisir d'entendre parler de ce qui nous passionne tant, la sculpture, de parler aussi quelquefois, qu'est-ce?
que diriez vous de " stimuler, encourager "
et j'hésite à ajouter "conseiller" car autant les conseils techniques trouvés ici sont précieux, autant je ne suis pas sure que la vox polpuli (les foromeux) veulent/puissent guider qui que ce soit. Si on reprend les critiques/conseils autour de l'une ou l'autre sculpture, c'est : "merveilleux", "super" ... qui certe encourage, mais est-ce parce que l'on aime vraiment, que ce n'est pas perfectible, ou pour se montrer / se montrer amical.
Ou bien c'est "la jambe est trop courte", "le nez trop long", ce qui, bon, est utile, mais ne vise que ceux qui cherche à faire réaliste.
Et j'avoue que moi meme, je ne participe pas à ces commentaires d'oeuvres: si cela me touche, plein ont déja dit "super"; si je n'aime pas, je ne me sens pas de le dire; et si j'adore la sculpture sauf ce truc là, je n'ose pas le préciser au milieu du choeur des "super". Et pourtant, c'est sans doute là qu'il y aurait un véritable apport, même si plus intuitif que raisonné.

Alors pour aider à progesser, pour ceux qui le souhaitent, un conseil avisé, professionnel, pourquoi pas. Sauf que j'imagine peut etre ici le critique trop comme un prof bienveillant.
Revenir en haut Aller en bas
http://annemarie.tagant.pagesperso-orange.fr
Coala
Confirmé
avatar

Féminin Nombre de messages : 264
Age : 51
Localisation : Sud Ouest
Date d'inscription : 17/10/2011

MessageSujet: critique d'art ou pas   Mer 19 Oct 2011 - 11:32

Une discussion très interressante,
je pense que il ne faut pas oublier que la sculpture (l'oeuvre) est une partie de son créateur. elle ne se résume pas à une matiere travaillé. Il y a des réflections, sentiments, du vécu, des émotions. Une sculpture ce n'est pas une jolie ou moins belle façade; on doit toujours essayer de voir se qu' il est cacher derrière, et cela peut être parfois très fragile.- La critique ces des mots - et des mots peuvent être parfois une arme redoutable.
il y a des oeuvres que j'aime parcequ'ils me touchent, ils me parlent; et d'autre moins;- et je pense c'est tous qu'on peut exprimer.
Bon, je reconnais, je suis quelqu'un de très très prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Bernard Lougarre
Super Très Grand Maître
avatar

Masculin Nombre de messages : 5100
Age : 65
Localisation : FRESNES - 94260 - FRANCE
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: critique d’art ou pas    Mer 23 Juil 2014 - 21:45

Un article sur la critique d'art
La critique d’art contemporaine ou le credo descriptif

Par Matthieu Béra
Maître de conférences en sociologie
Université Bordeaux IV


Au discours critique et externe sur les productions culturelles est venu se substituer un cycle ininterrompu d’auto-promotion d’une toute autre nature.

L’état de la critique d’art est symptomatique non pas du débat artistique en soi, mais du débat social en général dans nos sociétés surdéterminées par les médias et la raison économique.
_____________

La critique d’art est un objet sociologique assez mal cerné. En partie parce que la sociologie de l’art est un domaine récent (années 50 sous sa forme universitaire (1) ) au sein d’une discipline jeune (qui a un siècle). L’esthétique, la littérature et l’histoire se sont emparées de la critique depuis bien plus longtemps, avec leurs points de vue spécifiques : le jugement de goût, le genre, l’institution. Pourtant, la critique est un objet d’une grande richesse sociologique. Il est essentiel de comprendre, par exemple, qu’elle constitue une voie d’entrée privilégiée pour analyser la presse. S’il s’agit d’un genre journalistique plutôt marginal, en cela qu’il se tient éloigné du modèle d’objectivité que revendiquent les gens de presse (gens pressés), il n’en reste pas moins historiquement rattaché à la naissance de la presse et à tout ce qui la caractérise.

______________________

Critique et engagement

Il est clair que la critique et son engagement subjectif ne rentrent pas dans le credo journalistique, soucieux de factualité, d’expertise et de neutralité (2) . La presse « engagée » (au sens politique) traverse aujourd’hui une grave crise, on le sait, au même titre que l’engagement en général (3). Les prises de position sont, quand il y en a, reléguées aux éditoriaux, aux « chroniques », aux « humeurs » et « rebonds », toutes formellement encadrées (pour ne pas « déteindre » sur le reste ?) et externalisées : on demande à des plumes extérieures d’importer leurs points de vue ou, pourquoi pas, on exhibe un courrier de lecteurs nerveux. En outre, sur le modèle anglo-saxon devenu référenciel, les journalistes s’ingénient à distinguer les faits des opinions. La critique engagée que défendait jadis Baudelaire dans son Salon de 1846 (4) , que Richard appelle la « critique subjective » (La Critique d’art, 1956) n’a plus vraiment sa place dans le système actuel. Les partis pris s’affichent peu et les chroniqueurs pigistes, réguliers ou non, (rares sont les titulaires spécialisés) évitent les prises de position. Dans les revues ou magazines spécialisés les plus diffusés, les engagements sont timides, empruntés et portent le plus souvent sur des aspects susceptibles d’être expertisés : la muséologie, la politique publique ou l’histoire de l’art. Les rédacteurs en chef, s’ils n’hésitent pas eux-mêmes, au titre d’éditorialistes, à prendre des positions politiques et critiques par rapport aux institutions, ne cherchent nullement à étendre cette posture au sein de la rédaction et/ou ne trouvent pas de volontaires qui s’y prêtent (il serait de toute façon plutôt malvenu pour un pigiste occasionnel de s’en prendre à tel ou tel). Mieux vaut, de façon générale, proposer et indiquer des choses « intéressantes », donner à voir ce qui se fait, plutôt que de perdre du temps et de l’espace, qui sont rares et chers comme chacun sait, à dénoncer ou critiquer des artistes, des lieux et partis pris esthétiques.
La description littérale des œuvres s’est donc substituée à l’exposé des impressions subjectives ou à leur interprétation ; la factualité domine. C’est une tendance générale, qui touche l’approche sociologique elle-même : la crise des grandes théories, au profit des micro descriptions. On peut dire autrement que la critique s’est banalisée ou « routinisée » au sens de Max Weber : elle a perdu sa dimension « magique », extra-ordinaire, ses figures charismatiques, s’étant assignée à une fonction scrupuleuse et un peu laborieuse : dire ce qu’il « faut faire » pour bien occuper ses loisirs. Les guides, les agenda, les rubriques (ou injonctions) « Sortir », « A voir», « A ne pas rater », « A lire », etc., n’ont de cesse de proposer aux classes moyennes cultivées des occasion de sorties. Telles sont les finalités d’une nouvelle « critique » qui n’en porte plus que le nom, a changé de nature. Le souci d’exhaustivité l’emporte désormais sur celui de juger publiquement.
Il existe une explication qu’il ne faudrait pas dénier au nom d’une certaine autocensure pusillanime : les lecteurs sont tout simplement demandeurs ! Ils n’attendent pas de prises de position, d’engagements subjectifs, qu’ils prennent toujours pour des a priorismes délétères ou des partis-pris injustifiables. Ils souhaitent des informations, des « données » qu’ils puissent recycler afin d’occuper le mieux possible leur temps libéré (mais compté) des contraintes domestiques et professionnelles. Ils sont victimes d’une croyance bien partagée qu’il existe un strict partage entre l’objectivité des faits bruts et la subjectivité des jugements, ne se rendent pas compte que la sélection des informations est la première et la plus grande des subjectivités, qui ne se donne pourtant jamais à voir en tant que telle.
La rédaction s’adapte méthodiquement aux demandes contraignantes des lecteurs, les seules qui l’intéressent, évidemment, avec celles des annonceurs. Le lecteur type ne lit pas les compte rendus pour connaître la position d’un tel ou d’un autre (des sondages ponctuels montrent qu’ils ne lisent pas leurs noms), mais pour savoir ce qu’il pourra bien faire ce samedi là. Il cherche à s’informer pour connaître ce spectacle et ce film à voir, ou ce livre à lire, car « tout le monde en parle » (Ardisson). Les critiques remplissent un service, comme journalistes qu’ils sont devenus. Leur position personnelle est superflue ou doit être encadrée (au sens propre et littéral).

Critique et capitalisme

Comme le soulignait Habermas (L’espace public, 1962), la naissance d’une presse libre et concurrentielle a participé de la production d’un espace public de discussion au XVIIIè, qui a relayé et élargi les salons privés. La critique d’art a joué dans ce processus un rôle moteur, en tant que modèle de discussion et d’échange d’idées, qui fut transposé progressivement à la sphère politique. La vie culturelle se nourrit de débats d’opinions, de jugements plus ou moins raisonnés, de discussions. La critique constitue un bon indicateur du niveau de débat d’une époque donnée. Selon ce même Habermas, le XIXème siècle a vu se dénaturer le débat public avec la grande presse capitaliste, plus soucieuse de rentabilité que d’idées qui se vendent trop mal. La presse a progressivement limité les discussions au profit des parodies de débats, inventant des dispositifs pour délimiter la discussion publique, acceptant à la rigueur de la mettre en spectacle. Une émission comme Le Masque et la plume illustre assez bien cette tendance : des critiques se livrent avant tout au spectacle de la critique, en ce sens que la forme plaisante de la joute l’emporte sur le fond des arguments échangés qui importent peu. L’émission télévisée de Thierry Ardisson Rive droite rive gauche procède du même principe : une mise en scène de l’opposition, qui exige que les critiques jouent le débat sur l’actualité culturelle.

Ces médias qui expulsent la « culture » et les arts des antennes et des chaînes (le rapport de la philosophe Catherine Clément n’a pu, à cet égard, faire autre chose qu’enfoncer des portes ouvertes), sont bien plus intéressés par la promotion des « biens culturels industriels » (comme disaient Adorno et Horkheimer) : livres, disques, films… La critique est devenue dans ce système médiatico promotionnel un moyen parmi d’autres d’améliorer le rendement de la promotion (5). Elle est largement instrumentalisée, quelque soit son orientation. Si une critique favorable n’est pas nécessairement salariée, elle est objectivement une promotion. Si elle est mauvaise, elle participe de fait à la promotion et devient une polémique profitable. (cette ficelle est très souvent utilisée). Enfin, si elle est neutre, factuelle, elle agit là encore comme une publicité dans une économie de la notoriété.
Des émissions de radio autrefois largement consacrées au débat sur l’actualité des arts et de la culture, comme « le panorama » de France culture, ont été éliminées. Y ont succédé des formes plus distanciées, qui ont intellectualisé les questions, en invitant des universitaires et des chercheurs (Cf. l’émission qui a suivi : « La suite dans les idées »). Aujourd’hui, la tranche horaire (« Tout arrive ») est devenue presque exclusivement promotionnelle dans sa forme et son esprit, enflée par des superlatifs à peine croyables sur ces ondes il y a quelques années : on ne compte plus les « extraordinaire », « formidable », « sensationnel », « unique », « passionnant », etc. Le dispositif choisi est déterminant : les producteurs, les commissaires d’exposition, les artistes, les comédiens, les metteurs en scène, chefs d’orchestre, directeurs de scènes, écrivains, musiciens, danseurs, interprètes, défilent un à un pour décrire et promouvoir leurs spectacles. Au discours critique et externe sur les productions culturelles est venu se substituer un cycle ininterrompu d’auto-promotion d’une toute autre nature.
Les ouvrages et auteurs se multiplient qui dénoncent un débat inexistant, tronqué ou impossible. Au point que la forme « débat » est devenue en soi un objet sociologique émergent (donc problématique) qui se pose dans tous les domaines de notre société, de la science (l’étude des controverses (6) ) à la politique (la délibération, la démocratie de proximité, la participation citoyenne (7) ). De ce point de vue, l’état de la critique d’art est symptomatique non pas du débat artistique en soi, mais du débat social en général dans nos sociétés surdéterminées par les médias et la raison économique.

Il n’en est moins vrai qu’il est extrêmement difficile de débattre sur les arts contemporains. La polémique de 1992 engagée par des revues Esprit, les news magazines ou télémagazines Télérama, l’Evénement du jeudi, etc. a tenté de disqualifier l’art contemporain dans son ensemble (Cf. le hors série de Télérama intitulé le « grand bazard »), assimilant toutes les créations contemporaines ou les subsumant à quelques figures supposées les représenter, disqualifiant du même coup la possibilité même de débattre. La riposte s’est faite tout aussi caricaturale, dénonçant le climat « fasciste » (sic), la « haine de l’art » (resic) et déplaçant les arguments sur la scène politique et idéologique (Cool . Certains échanges ont fini devant les tribunaux, cette fois sur le terrain juridique de la diffamation (Jean Clair contre Bourriaud par exemple).
La critique a du mal à trouver une forme adéquate aux contraintes de presse qui se situent quelque part entre les demandes des lecteurs, des annonceurs, des rédacteurs et des sources (les « producteurs »). Il n’y sans doute pas, à cet égard, de critique d’art idéale. Le sociologue ne doit pas être sollicité pour la proposer. Il peut décrire la critique telle qu’elle se fait, chercher à comprendre les mécanismes qui la déterminent dans sa forme. Mais il s’agit cette fois du credo scientifique, ce qui n’est pas même chose.


1- Cf. Nathalie Heinich, La Sociologie de l’art, La Découverte ; Matthieu Béra et Yvon Lamy, Sociologie de la culture, Colin, 2003. Egalement la revue annuelle peu connue qui existe depuis dix ans, Sociologie de l’art, l’Harmattan, dont le dernier numéroe (Nouvelle série Opus n°3, décembre 2003) traite du problème de la critique d’art.
2- De bonnes introductions dans Erik Neveu, Sociologie du journalisme, 2001, La Découverte et Cyril Lemieux, Mauvaise presse, Métailié, 2000.
3- On peut consulter sur ce thème le dernier dossier « les mouvements sociaux » de la revue Sciences humaines, n°144, décembre 2003.
4- Notamment l’introduction de ce salon intitulée « A quoi bon la critique ? » où il écrit que « (…) pour être juste, c’est-à-dire pour avoir sa raison d’être, la critique doit être partiale, passionnée, politique (…) ».
5- Le lecteur peut consulter le numéro 117 de la revue Réseaux, 2003, coordonné par Philippe Leguern numéro spécial sur « les nouvelles formes de la consécration culturelle » ; et sur ces questions, mon article « Critique d’art et/ou promotion culturelle ? »
6- Dominique Raynaud, Sociologie des controverses scientifiques, PUF, 2003
7- Par exemple Pierre Zémor, Pour un meilleur débat public, Presses de Sciences po, 2003
8- Il existe un rapport commandé par Le Ministère de la culture, malheureusement non édité, qui retrace cette polémique : Raphaël Lellouche, De la sélection dans la démocratie

02
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sculpturesbernardlougarre.sitew.fr
 
critique d’art ou pas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite critique d'un livre
» La critique unanime sur Astérix :
» KOFFI OLOMIDE CRITIQUE LES COMBATTANTS ET BANA MIKILI
» Refuser la critique, un comportement normal ou transpirant le fanboy?
» Photos Streety Bébé Confort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM DE SCULPTURE :: DISCUSSION :: DISCUSSION LIBRE AUTOUR DE LA SCULPTURE-
Sauter vers: